Que faire si la situation en Ukraine vous préoccupe ?

25 Fév ‘22
5
emotions

Le conflit en Ukraine génère un impact important sur de nombreuses personnes, tant à l’intérieur des frontières ukrainiennes qu’à l’étranger. Les événements incompréhensibles et turbulents qui se déroulent en ce moment peuvent susciter toutes sortes d’émotions : stress et anxiété, mais aussi tristesse, colère, désespoir et deuil. Peut-être ressentez-vous tout à la fois et avez-vous du mal à y faire face. Peut-être souhaitez-vous soutenir un proche qui subit le contexte actuel.

 

La psychologue Pia Linden vous explique ce que vous pouvez faire si vous êtes soucieux de la situation et comment vous pouvez gérer les inquiétudes et les émotions qui en découlent.

 

Gérez vos pensées et vos sentiments

 

Il est bon de se rendre compte que chacun réagit différemment aux situations difficiles ou déstabilisantes. Tout le monde ne partage pas les mêmes sentiments. Nous pouvons nous sentir plus ou moins bouleversés par l’actualité. Certains ont plus de mal que d’autres à se débarrasser de leurs pensées ou à gérer leurs ressentis.

 

Sachez qu’il est tout à fait normal que vous éprouviez des difficultés à vous endormir, à rester productif ou à contrôler vos pensées. Pia vous donne ici quelques pistes pour vous apaiser.

 

Prenez soin de vous

 

« Dans un avion secoué par les turbulences, vous devez d’abord mettre vous-même votre masque à oxygène avant d’aider les autres. En période de trouble, c’est exactement ainsi qu’il faut procéder : prenez soin de vous en priorité », indique Pia. Prendre soin de soi est le premier pas vers la capacité à prendre soin des autres.

 

« Cela peut sembler égoïste, parce que d’autres sont plus en danger que vous et que vous ressentez le besoin d’aider. Mais vous devez réaliser que vous ne pouvez épauler les autres que si vous vous sentez bien dans votre peau », explique la psychologue.
« Optez pour une alimentation saine (même si vous n’avez pas vraiment faim), adonnez-vous à une activité physique et évitez l’alcool. Tâchez aussi de vous reposer suffisamment, surtout si vous ne dormez pas bien.

 

Vous avez du mal à vous détendre et votre esprit part dans tous les sens ? Essayez d’écouter un livre audio ou un podcast qui vous remonte le moral, laissez-vous bercer par une musique apaisante ou regardez un film qui vous fait du bien. »

 

Concentrez-vous sur les choses que vous pouvez contrôler

 

« Oui, vous vous souciez des personnes en danger ; oui, la situation vous préoccupe. Mais si vous trouvez que cela affecte votre bien-être, mieux vaut vous concentrer sur les éléments que vous maîtrisez », affirme Pia.

 

Vous pouvez vous inquiéter autant que vous le souhaitez, mais au bout du compte, vous n’avez pas le pouvoir de résoudre la situation. En revanche, vous avez de l’emprise sur vos propres paroles et actions, comme prendre soin de vous et soutenir les autres.

 

« En psychologie, nous appelons cela le “cercle d’influence”, poursuit notre experte. Dans les situations difficiles et incertaines, essayez d’augmenter le temps que vous passez dans votre cercle d’influence et de minimiser le temps que vous passez à vous inquiéter de choses sur lesquelles vous n’exercez aucun contrôle. »

 

Limitez votre consommation d’informations

 

« Lorsque le coronavirus est apparu en 2020, de nombreuses études ont montré que notre consommation de nouvelles avait un impact négatif sur nos pensées et nos sentiments, ainsi que sur notre degré d’anxiété », explique Pia. Les choses ne sont pas différentes dans la situation actuelle.

 

Pia partage avec vous ce conseil : « Essayez de réduire la quantité de nouvelles que vous absorbez chaque jour. Il est compréhensible que vous vouliez savoir ce qui se passe, mais limitez le nombre de fois où vous consultez les informations à une ou deux par jour. Choisissez un média auquel vous faites confiance, comme un journal ou un site Internet, et ne lisez que ce média. »
Si vous vous sentez très anxieux ou contrarié, vous pouvez également décider de regarder les informations destinées aux jeunes. Vous restez ainsi informé, mais le contenu est filtré pour vous.

 

Laissez vos sentiments s’exprimer

 

« Parler de vos émotions et de vos pensées aide à soulager le stress. Cela vous fait prendre conscience que d’autres personnes peuvent partager vos sentiments, affirme Pia. Discutez ouvertement des effets que cette situation vous fait subir. On entend beaucoup parler des événements eux-mêmes, mais moins de ce que nous ressentons à leur sujet. »

 

Rappelez-vous également que vous avez le droit d’avoir vos sentiments et de les laisser venir. « Si vous avez peur que quelque chose arrive à un être cher, il est difficile de faire abstraction de cette pensée. Nous faisons face à une situation complexe et troublante. Se sentir dépassé par les événements est parfaitement normal.

 

Pleurer, hurler dans son oreiller ou faire de l’exercice peuvent être des moyens d’évacuer vos émotions. Mais en même temps, essayez de trouver un équilibre entre le fait de vous laisser aller à vos sentiments et de vous concentrer sur d’autres choses. Revenez au cercle de contrôle et focalisez-vous sur vos possibilités d’action. »

 

Soutenez les autres

 

« Tout d’abord, rester calme est la meilleure façon d’aider les autres. Mais cela peut être assez difficile, explique Pia. Surtout si vous êtes directement concerné par la situation en Ukraine, ou si vous avez de la famille ou des amis qui vivent là-bas. » Comment pouvez-vous être utile aux autres malgré tout ?

 

Faites preuve d’empathie et de compassion

 

« C’est une qualité inhérente aux êtres humains que de ressentir de l’empathie pour la souffrance de leurs semblables. L’empathie consiste à témoigner sa compréhension et son soutien à d’autres personnes qui souffrent, précise Pia. Cependant, il est important de réaliser que vous pouvez compatir avec les autres sans éprouver la même douleur. Vous n’êtes pas obligé de refléter les émotions des gens. »

 

« Il peut être utile de montrer votre compassion à la place, poursuit la psychologue. La compassion consiste à percevoir la souffrance d’autrui tout en gardant une distance saine à son égard. Ainsi reconnaît-on l’empathie qui émerge d’un cœur généreux, qui se soucie du bien-être et de la sécurité d’autrui. »

 

Faites un pas à la fois

 

Vous pouvez essayer d’entreprendre de petites actions, comme lancer une conversation sur le sujet, publier une contribution sur les réseaux sociaux ou donner de l’argent à des organisations caritatives qui soutiennent les personnes en Ukraine.
Épauler quelqu’un, même s’il s’agit d’un seul individu ou d’un geste isolé, peut vous aider à vous sentir mieux. C’est ce qu’on appelle « l’euphorie de l’aidant ».

Comme l’explique Pia : « Il est préférable d’accomplir une petite chose que l’on peut contrôler que de s’inquiéter de ce que l’on ne peut pas faire. Si vous connaissez quelqu’un qui est très soucieux ou affecté, offrez-lui votre soutien. Faites savoir à cette personne que vous êtes là pour elle, allez lui faire un câlin ou préparez-lui un bon repas. »