Le bien-être des PDG : et si on en faisait aussi une priorité ?

Par la rédaction d'OpenUp
Corrigé par notre psychologue Jessica Notermans

C’est un fait : le bien-être des collaborateurs est devenu un véritable enjeu pour les entreprises. Et pour cause, celui-ci a été fortement mis à l’épreuve ces derniers temps. Mais qu’en est-il de la santé mentale des dirigeants de l’organisation ? Comme leurs équipes, ils font eux aussi face à de nombreux défis au quotidien. Et leur bien-être mérite tout autant d’attention. Comment garder l’équilibre quand on est à la tête d’une entreprise ? Notre experte psychologue vous guide dans cet article.

 

En interne comme en externe, les PDG d’entreprise sont constamment soumis au jugement. Ils portent sur leurs épaules le poids de décisions qui peuvent influencer le quotidien de dizaines, de centaines voire de milliers de travailleurs. Ils incarnent aussi la vision d’une organisation toute entière. Des responsabilités synonymes de pression quotidienne mais aussi, parfois, de solitude.

 

“Les PDG peuvent être bien seuls au sommet. Après les réunions et les concertations, ils se retrouvent isolés pour prendre les décisions. Et la pression qui en résulte est difficilement comparable avec celle des autres fonctions”, précise Frederik Anseel, professeur de management.

 

On leur demande effectivement d’être toujours au top, motivé, performant et d’avoir réponse à tout. Le doute peut toutefois les envahir, eux aussi. Et c’est bien légitime. Normal même.

 

“Je ne pense pas connaître un seul entrepreneur qui n’ait pas souffert d’anxiété, de stress intense ou même brièvement de dépression. Pourtant, ils sont peu nombreux à en parler”, renchérit la CEO Emma McIlroy.

 

Le CEO, ce super-héros inébranlable… 

 

Comment dès lors garder l’équilibre lorsqu’on doit, entre autres, diriger, décider et inspirer à la fois ? De quelle manière peut-on fixer des limites ? Car oui, messieurs / mesdames les dirigeant·e·s, votre bien-être compte bel et bien lui aussi ! Et ce, même si l’archétype du leader est parfois – voire trop souvent encore – décrit comme étant fort, confiant et inébranlable en toutes circonstances.

 

“Les leaders sont souvent représentés dans la posture du super-héros : debout, les mains sur les hanches, la poitrine et le menton relevés”, remarque Jessica Notermans, experte psychologue. “C’est la pose du pouvoir. On leur demande de transposer cette posture dans leur esprit et leurs actions. Ils doivent montrer l’exemple et ne pas faire preuve de vulnérabilité, de crainte que ça impacte la productivité de leurs équipes ou leurs relations commerciales. Mais aussi que ça nuise à leur crédibilité.”

 

Tel un capitaine sur un bateau, les dirigeants d’entreprise assurent la cohésion de l’entreprise. Ils sont supposés ne montrer aucun signe de faiblesse, aucune baisse de régime. “Cela leur ajoute davantage de pression. Car ils peuvent ressentir le besoin de répondre à ces attentes.”

 

Pas un signe de faiblesse, mais d’authenticité

 

Heureusement, les temps changent et rendent la vie dure aux stéréotypes. Aujourd’hui, un “héros”, ou plutôt un bon leader dans votre cas, est authentique et humain. Le leader inspire par ses actes, bien sûr, mais aussi par sa personnalité et son caractère spontané. Ce qui implique de grandes forces mais aussi certaines périodes de vulnérabilité de temps à autre. A identifier et à surmonter. Car elles n’ont rien strictement d’anormal. 

 

Après tout, comment, en tant que chef·fe d’entreprise, pouvez-vous veiller au bien-être de vos équipes si vous ne montrez pas l’exemple en prenant soin de vous également ?

 

“S’ouvrir pour partager ses défis et ses doutes n’est certainement pas un signe de faiblesse”, poursuit Jessica Notermans. “C’est un signe d’authenticité. Nous sommes tous faits de forces et de faiblesses. Nous sommes tous confrontés à des difficultés. Les dirigeants d’entreprise aussi. Ne présenter qu’une facette de nous-mêmes, au travers de nos forces, reviendrait à négliger un tout autre aspect de notre personne. Ce serait comme se mentir à soi-même et à ses collaborateurs. En acceptant sa part de vulnérabilité, le PDG montre à ses équipes qu’il est humain, fait face aux mêmes difficultés et va de l’avant.”

 

Des bases saines pour votre bien-être au quotidien

 

Comment, en tant que PDG ou dirigeant·e d’entreprise, concrètement poser des bases saines pour prendre soin de sa santé mentale, maintenir le cap sereinement tout en gardant un haut niveau de performance ? Notre experte du bien-être mental Jessica Notermans vous dévoile quelques conseils pratiques à appliquer au quotidien :

 

Identifiez vos signaux d’alerte

 

Comment vous sentez-vous aujourd’hui ? Quelles sont les limites que vous ne souhaitez pas franchir ? Dans quel domaine vous sentez-vous parfois coincé·e ou plus en difficulté ? Répondre à ces questions vous aidera à anticiper et, surtout, à bien gérer toutes sortes de défis qui pourraient impacter votre santé mentale. 

 

N’hésitez pas à faire le point régulièrement avec vous-même. Quelques minutes suffisent !

 

Du temps de qualité

 

On ne le répètera jamais assez : un équilibre sain entre la vie professionnelle et la vie privée contribue au bien-être mental. Alors, oui, nous sommes parfaitement conscients qu’en tant que PDG, la balance peut être très difficile à trouver. Mais pensez à toutes ces activités qui vous font du bien et rechargent vos batteries. Assurez-vous qu’elles fassent aussi partie de votre agenda hebdomadaire. Quelles qu’elles soient : moments précieux en famille ou entre amis, sport, activité artistique, massage, yoga, lecture, … Ici, l’objectif est de relâcher la pression et de se donner un bon coup de “boost” en prenant du plaisir. Et juste du plaisir.

 

Des pauses régulières

 

Votre agenda est sans aucun doute déjà rempli et votre temps extrêmement précieux. Vous enchaînez les réunions en mode pilote automatique. Pensez à appuyer sur le bouton “pause”, même si cela vous semble difficile. Car quoi de mieux qu’une courte pause régénérante pour conserver un haut niveau d’énergie (et de productivité) tout au long de la journée ?

 

“S’arrêter 5-10 minutes, si possible toutes les deux heures, peut déjà vous faire le plus grand bien”, explique Jessica. Profitez-en pour respirer profondément tout simplement, vous étirer sur votre chaise, marcher à l’air libre et vous relaxer. Et pourquoi ne pas pratiquer la méditation de pleine conscience afin de diminuer votre niveau de tension éventuel ? Nous pouvons vous y aider.

 

Partage d’expériences avec d’autres dirigeants

 

Comme écrit plus haut, (trop) peu de chefs d’entreprise évoquent ouvertement leurs difficultés avec leurs collaborateurs. Des études ont pourtant déjà montré que le simple fait de parler et de partager des émotions apporte du réconfort, renforce le système immunitaire et diminue le stress. 

 

Bien sûr, cela peut être un exercice délicat et inhabituel dans la sphère professionnelle. Encore plus quand on est à la tête d’une entreprise. Une première étape intéressante peut être d’échanger avec d’autres PDG, afin de partager vos expériences et de vous inspirer mutuellement. Vous romprez l’isolement que vous pouvez de temps à temps autre ressentir, créerez votre propre équipe et vous sentirez davantage épaulé·e.

 

Empathie et soutien dans la culture d’entreprise

 

Quelles sont les valeurs de votre entreprise actuellement ? Encouragez-vous déjà l’ouverture et la collaboration entre collaborateurs ? Inscrire le soutien et l’empathie dans les fondements de votre organisation contribue au bien-être de vos équipes, comme au vôtre. 

 

“Vous pouvez par exemple envisager des conférences ou exposés réguliers sur l’importance de partager la vulnérabilité et les moments difficiles – mais aussi les réussites – afin que cela s’inscrive dans la culture d’entreprise. Ou encore des activités qui renforcent l’esprit d’équipe pour favoriser la collaboration. Une culture d’entreprise ouverte et un climat de confiance permettent de s’améliorer et d’atteindre ses objectifs tous ensemble.”

 

La performance passe aussi par le bien-être

 

Toujours plus rapide, plus efficace, plus performant, … La quête de la performance pour un PDG peut être, de nos jours, obsessionnelle. Au point d’en oublier ou de négliger son équilibre émotionnel et son bien-être. Mais aussi de se retrouver isolé·e face à une multitude de défis, sans nécessairement avoir les ressources pour y faire face. Les conséquences peuvent alors être immédiates : démotivation, moral en berne et impact sur l’engagement des collaborateurs, voire des relations commerciales. 

 

“Il est tellement plus facile de se lever, de nier une baisse de régime éventuelle et de se dire : tout va bien, je suis un·e grand·e PDG. Mais cela n’aide pas les personnes qui traversent les mêmes difficultés, ni celles qui veulent devenir entrepreneurs ou occuper une fonction dirigeante”, selon Emma McIlroy.

 

Si la santé mentale de vos équipes est donc un enjeu à long terme pour vous et pour le bon fonctionnement de votre entreprise, votre propre bien-être doit également faire partie de vos priorités quotidiennes. En étant bienveillant avec vous-même, vous le serez également plus naturellement avec vos équipes et vous donnerez toutes les chances d’atteindre le niveau de performance souhaité.

 

Curieux de savoir ce qu’OpenUp peut faire pour vous et vos équipes ? Rencontrons-nous lors d’une démo personnalisée.