Faire confiance à son instinct: 5 conseils pour mieux suivre votre intuition

25 Jul ‘22
6 min
Arianna Freni
Corrigé par notre psychologue Madelief Falkmann
Intuition, pressentiment, connaissance profonde, sixième sens, voix intérieure… quel que soit le nom que vous lui donnez, nous avons tous fait l’expérience, au moins une fois dans notre vie, de ce sentiment soudain de perspicacité sans aucun raisonnement conscient. Dans de bonnes circonstances, cette « intuition » s’avère être un outil précieux pour la prise de décision intuitive, car elle nous permet de rester fidèles à nous-mêmes.

 

L’intuition peut radicalement changer notre vie quotidienne. Pourtant, nous sous-estimons souvent cette capacité. Heureusement, faire confiance à son intuition est une compétence qui peut être renforcée par une pratique intentionnelle.

 

Le fil invisible

 

À quand remonte la dernière fois où vous avez eu la certitude inexplicable que quelque chose était bien ou mal, sans pouvoir expliquer exactement les raisons de votre jugement ? Vous souvenez-vous de cette sensation ? Le cas échéant, il s’agit d’un parfait exemple d’intuition.

 

En anglais, l’expression « trust your gut » (littéralement, faire confiance à son intestin/ses tripes) signifie suivre votre instinct lorsque le corps essaie de vous dire quelque chose. Bien que cela ait l’air d’un mystérieux superpouvoir, le concept selon lequel l’intestin et le cerveau sont étroitement liés est fondé sur des bases neurologiques profondes, et a été démontré à de nombreuses reprises.

 

En effet, de nombreuses études, de la physiologie à la recherche en neurosciences, ont exploré les sources de notre instinct et son rôle fondamental dans nos vies.

 

Le deuxième cerveau

 

D’un point de vue physiologique, l’intestin humain est souvent considéré comme le « deuxième cerveau ». Il possède son propre système nerveux indépendant, avec plus de 100 millions de neurones présents dans le tube digestif.

 

Grâce à ce réseau neuronal complexe, le deuxième cerveau transmet les messages de billions de bactéries au premier cerveau par l’intermédiaire de messagers chimiques. Il exerce ainsi une influence puissante sur vos réponses émotionnelles et décisionnelles.

 

Comme nous le répétons souvent, l’esprit et le corps ne sont pas séparés. Ils font plutôt partie d’un système vivant unique où ce que nous ressentons dans notre organisme est le résultat de ce qui se passe dans le cerveau, et vice versa.

 

Au-delà de l’esprit conscient

 

Lorsque vous êtes sur le point de prendre une décision, de réagir ou de suivre un scénario de manière instinctive, votre cerveau travaille en collaboration avec votre intestin pour effectuer une évaluation rapide. Comme un engrenage parfait, le premier cerveau compare vos expériences actuelles et les réponses sensorielles entrantes avec vos souvenirs, vos apprentissages passés, vos besoins et vos connaissances. Il tente ensuite de prédire la prochaine action la plus judicieuse en fonction du contexte.

 

Les effets physiques, comme la sensation de nœud dans l’estomac, se produisent lorsque les modèles cognitifs existants mis à jour (basés sur notre expérience passée) sont en décalage dans le cerveau, déclenchant souvent un instinct de combat ou de fuite. Tout cela est immédiat et échappe à notre conscience. Nous sommes vraiment incroyables, n’est-ce pas ?

 

L’instinct fait donc partie de la manière dont nous traitons les informations et les événements qui nous entourent, qu’il s’agisse de percevoir l’expression d’une personne, d’envisager une nouvelle opportunité ou d’évaluer une situation spécifique. Bien sûr, plus vous avez d’expérience dans un domaine, plus le(s) cerveau(x) disposera(ont) d’informations pour faire correspondre correctement l’expérience actuelle et vous amener à gérer la situation d’une manière optimale.

 

À lire également: Le guide du psychologue : Être authentique

 

Améliorer son intuition

 

La pratique de notre intuition est un processus de longue haleine et prend du temps. Nous sommes nombreux à fuir nos réactions instinctives car il nous semble plus sûr de garder le contrôle par la logique et la raison. Toutefois, l’instinct est incroyablement utile lorsqu’il est utilisé à bon escient.

 

Voici quelques conseils pour commencer et maîtriser cette compétence :

 

1.       Soyez à l’écoute de votre corps

 

Les symptômes physiques du corps qui essaie de communiquer avec l’esprit sont difficiles à éviter. Combien de fois avez-vous eu la tête qui tourne lors d’une émotion forte, ou mal au cœur lorsque vous étiez anxieux/anxieuse ? Peut-être que vos mains deviennent moites, que votre bouche s’assèche et que votre cœur s’emballe ?

 

Quelle que soit la raison, bonne ou mauvaise, nous devons apprendre à reconnaître ces réactions à chaque fois qu’elles se manifestent. Faites le point avec vous-même, observez vos sensations physiques et prêtez attention aux circonstances dans lesquelles ces sensations apparaissent et disparaissent.

 

Que pouvez-vous apprendre de ces réactions ? Que vous dit votre instinct, et comment pouvez-vous utiliser ce message ? Comprendre ce phénomène peut vous fournir des indications utiles sur vous-même et sur les autres.

 

2.      Allez-y progressivement

 

Essayez d’identifier toute occasion de mettre en pratique votre intuition, même lors de la prise de décisions mineures. Allez-y progressivement, et privilégiez les risques limités.

 

En prenant des décisions rapides qui ne sont pas lourdes de conséquences, vous vous sentirez plus à l’aise pour suivre votre intuition et vous regretterez moins vos décisions impulsives. En commençant modestement et en cherchant des moyens sûrs de tester votre instinct, vous pourrez progressivement augmenter votre confiance en vous.

 

3.      Suivez vos progrès

 

Essayez de noter régulièrement vos réactions instinctives et les événements ou situations qui les déclenchent. Tenir un journal, par exemple, peut être un moyen utile de rassembler une bibliothèque complète d’informations sur vos réactions et vos processus de décision.

 

Notez le moment où vous percevez votre intuition, comment vous avez réagi, comment vous avez agi et pourquoi. Cela peut être un excellent moyen d’identifier des schémas dans vos comportements et de mieux comprendre vos processus mentaux.

 

💡 En savoir plus : Comment constituer votre « boîte à outils mentale » quotidienne

 

4.      Remettez en question vos préjugés

 

Faire confiance à son instinct s’avère souvent utile, mais cela ne signifie pas que c’est la meilleure solution dans toutes les situations. D’ailleurs, il est essentiel de bien se connaître afin de déterminer les bons moments pour faire confiance à son instinct. En effet, dans certains cas, votre intuition peut être le reflet (inexact) de vos préjugés inconscients.

 

Il peut être difficile de prendre conscience de ces penchants inconscients, car ils influencent nos comportements sans que nous nous en rendions compte. Notre cerveau traite une quantité de données colossale que nous classons et trions inconsciemment selon des modèles qui nous semblent familiers.

 

Le problème, c’est que nous avons tendance à nous entourer de personnes et de pensées qui correspondent à nos points de vue, ce qui crée des préjugés potentiels.

 

Comprendre vos propres préjugés lorsque vous suivez votre instinct vous aide à prendre des décisions plus ouvertes d’esprit au lieu de vous en tenir à votre vision habituelle du monde.

 

5.      Ne vous précipitez pas

 

Si vous avez l’impression que quelque chose cloche, c’est le moment de faire une pause et d’évaluer soigneusement vos réactions. Si possible, prenez un moment pour prendre du recul et trouver des preuves supplémentaires pour étayer votre processus de décision.

 

Si vous n’êtes pas enthousiaste, essayez de recueillir des informations qui vous aideront à mieux analyser la situation et à minimiser vos risques. Les résultats positifs vous encourageront à faire de plus en plus confiance à votre instinct à l’avenir.

 

Prêtez attention aux signes avant-coureurs

 

Apprendre à faire confiance à son intuition est un outil fondamental pour prendre des décisions tout en restant fidèle à soi-même. Et, comme pour toute aptitude ou compétence, c’est la pratique qui permet d’y parvenir.

 

Écouter son instinct est la clé pour en tirer les bénéfices. Plus vous entraînez votre écoute, plus ces sensations deviennent précises…. et utiles ! Soyez à l’écoute de votre corps et prêtez attention aux moindres changements dans vos réactions. Lorsque nécessaire, repensez à ce que vous avez accompli et au chemin que vous avez parcouru.

 

Enfin, gardez à l’esprit que la confiance en votre intuition n’est pas infaillible. Les erreurs vous offrent une précieuse occasion d’apprendre, d’évoluer et de réessayer.