Redonner du sens à sa vie dans la trentaine et plus

16 Aug ‘22
5 min
Gabie Rudyte
Corrigé par notre psychologue Ida Dommerholt
Redonner sens sa vie

La vingtaine est souvent considérée comme une décennie déterminante. C’est une période d’exploration de soi, d’aventure et de mise en place des bases de notre vie professionnelle. Nous passons le bac, abandonnons le cocon familial et commençons à construire notre propre vie.

 

Mais que se passe-t-il si nous nous retrouvons bien au-delà de la vingtaine, après 10, 20 ou même 30 ans dans une carrière ou un mode de vie particulier, et que nous souhaitons changer de vie ? Est-il trop tard pour prendre des risques et changer de cap ?

 

Développement = changement

 

Il est surprenant, et parfois irréaliste, de demander à de tous jeunes adolescents de choisir une voie et de la suivre toute leur vie. Certaines personnes trouvent leur passion très tôt et la poursuivent toute leur vie. Mais d’autres ont besoin de plus d’expérience avant de savoir ce qu’ils veulent vraiment.

 

Repensez au début de votre adolescence : une phase de la vie marquée par des changements considérables, par la croissance et par l’exploration de la grande question « Qui suis-je ? ». Chaque année et chaque expérience nous a permis de découvrir ce qui nous plait et ce qui ne nous plait pas, les matières scolaires qui nous intéressent (ou pas), ce que nous recherchons dans nos relations amicales et les loisirs auxquels nous voulons participer.

 

En grandissant, nous avons appris à mieux nous connaître. En apprenant à mieux nous connaître, nous avons changé. Dans la vingtaine, nous n’étions plus les mêmes qu’à l’adolescence. Il est donc normal qu’à 30 et 40 ans, nous ne soyons pas les mêmes qu’à 20 ans.

 

Les deux moitiés de la vie

 

Le Dr. Stein, psychanalyste à l’École internationale de psychologie analytique de Zurich, explique que la vie peut être divisée en deux parties. Lors de la première, appelée « l’accomplissement de la conventionnalité », nous nous centrons sur les rôles sociaux traditionnels. Nous décrochons notre premier emploi, nous expérimentons la vie de couple et nous avons des enfants. Nous découvrons qui nous sommes en suivant les voies conventionnelles et en découvrant ce qui nous convient.

 

🌟 Le guide du psychologue: être authentique

 

Au cours de la deuxième partie, appelée « développement de l’individualité », nous sortons de la norme. Nous pouvons poursuivre une seconde carrière, avoir de nouveaux loisirs, déménager et rechercher d’autres types de développement personnel. Il s’agit de faire un pas dans l’inconnu et de commencer à devenir qui nous sommes vraiment.

 

Il peut sembler effrayant de changer de vie ou de carrière à 30, 40, 50 et même 60 ans. Pourtant, le changement fait naturellement partie de la vie. Comme l’explique la psychologue Ida Dommerholt : « Dans la trentaine, la quarantaine ou même plus tard, vous vous connaissez beaucoup mieux que dans la vingtaine, ce qui vous permettra de réussir votre changement de cap. »

 

Après des années d’expérimentation et d’essais, maintenant plus que jamais, vous savez probablement qui vous êtes et ce que vous voulez. C’est formidable ! Peu importe la chronologie, il n’est jamais trop tard pour le changement et pour donner un nouveau sens à sa vie. Cela peut sembler effrayant, mais vos pensées et croyances concernant le changement créent plus de peur que le changement lui-même.

Selon un rapport du National Center of Education Statistics, 17 % des étudiants de premier cycle à temps partiel qui suivent un programme universitaire de quatre ans ont 35 ans et plus.

Comment surmonter les pensées et les croyances limitantes

 

Si vous envisagez de changer de carrière ou de reprendre les études dans la trentaine ou la quarantaine, vous ressentez peut-être de la peur et de l’incertitude. C’est tout à fait normal. Il s’agit d’un changement important, qui entraine son lot d’émotions fortes. 

 

« Reconnaissez que le changement entraîne toujours une certaine résistance et qu’il faut du temps pour s’adapter », explique la psychologue Ida. Il est important d’analyser vos pensées et vos émotions. Pour vous aider à surmonter les pensées et les croyances limitantes lors d’un changement important, Ida propose les étapes ci-dessous à titre de guide. 

 

1. Identifiez ce qui vous retient. Quelles sont les croyances qui vous viennent à l’esprit lorsque vous envisagez de commencer une nouvelle carrière, de retourner à la fac ou de quitter votre emploi pour voyager ? Des choses comme « c’est trop tard », « je suis trop vieux/vieille » ou « que vont penser les autres » sont communes. Essayez d’identifier ce qui peut vous empêcher de sauter le pas.

 

2. Reconnaissez qu’il ne s’agit que d’une croyance. Ce qui vous retient et provoque une résistance est la croyance que vous vous répétez sans cesse. Heureusement, ce n’est qu’une croyance, et vous pouvez la modifier.

 

3. Remettez en question cette croyance. Demandez-vous : « Et si cette croyance était fausse ? Et si le contraire était vrai ? Si votre croyance est « il est trop tard », remettez-la en question en vous demandant : « Est-il vraiment trop tard ? Si j’ai vécu sur cette planète pendant 40 ans et qu’il m’en reste au moins 40, n’en suis-je pas qu’à mes débuts ? »

 

Réalisez cet exercice à chaque fois que vous avec des doutes, que vous êtes dans la confusion ou que vous craignez de faire un saut dans l’inconnu pour suivre vos envies. 

 

👉 Comment vivre vos valeurs (et en savoir plus sur vous-même au cours du processus)

 

Il n’est jamais trop tard

 

Vous avez probablement entendu parler de Vera Wang, une créatrice de mode réputée pour ses robes de mariée emblématiques. Cependant, ce n’est qu’à l’âge de 40 ans qu’elle a décidé de prendre des risques et de se lancer dans la création de robes de mariée.

 

Vera Wang prévoyait de se marier juste avant son 40e anniversaire et avait du mal à trouver une robe de mariée qui lui plaise. Son père y voit une opportunité commerciale, mais Vera hésite. « Je me disais que c’était peut-être trop tard pour moi », a-t-elle déclaré dans une interview.

 

Avec les encouragements de son père, elle décide de prendre le risque et de se lancer dans la création de robes de mariée. Si Vera Wang avait suivi sa croyance (« c’est trop tard pour moi »), ses robes de mariée emblématiques n’auraient jamais existé. Et bien sûr, son « fashion empire » n’aurait jamais vu le jour.

 

Il n’est jamais trop tard pour donner un nouveau sens à sa vie et changer de cap. Osez suivre vos envies et remettez en question vos croyances limitantes. Si vous avez besoin d’inspiration, jetez un œil à ce TED talk de Paul Tasner, qui a fondé sa start up et est devenu entrepreneur à 66 ans.  

 

Si vous avez besoin d’aide pour faire face à de grands changements, vous pouvez réserver une consultation avec Ida ou l’un(e) de nos psychologues.