Perte de motivation ? Voici comment rester inspiré et stimulé au travail

7 Mar ‘22
5 min
Par la rédaction d'OpenUp
illustratie van gemotiveerd persoon
Un jour, elle tombe sur vous comme un cadeau du ciel ; le lendemain, vous ne savez pas où la trouver : la motivation. Nous sommes tous confrontés à ce problème à un moment ou à un autre. Parfois de façon ponctuelle, ce qui rend la concentration difficile et vous incite à regarder un peu trop souvent l’écran de votre téléphone. Parfois de façon plus générale, quand vous vous sentez comme Sisyphe hissant sans cesse sa lourde pierre vers le sommet de la montagne.

 

Les conseils ci-dessous vous aideront à retrouver votre mojo et votre inspiration.

 

Divisez vos tâches en plusieurs fragments

 

Regarder une montagne haute et escarpée et se rendre compte qu’il sera difficile d’en atteindre la cime est démotivant. Mais si vous ne considérez pas le sommet comme votre objectif – que vous accédez d’abord à la première base, puis à la deuxième, et ainsi de suite –, la tâche devient soudain beaucoup plus abordable.

 

Cela s’applique également aux montagnes de travail auxquelles vous pouvez être confronté. Une tâche apparemment impossible se révèle plus facile à gérer si vous la décomposez en une liste d’actions réalistes.

 

Alors, rayez « écrire un rapport » de votre to-do list et remplacez-le par : interviewer Jan, écrire le paragraphe d’ouverture et réaliser le tableau 1. C’est ainsi que l’on économise l’énergie et que l’on finit par atteindre le sommet.

 

Acceptez les tâches qui vous donnent de l’énergie

 

Demandez-vous où vous avez le plus d’impact dans votre travail. Comment pouvez-vous remplir votre rôle de manière que cela vous donne de la force ? Tous les emplois – ou toutes les organisations – ne le permettent pas, mais voir s’il existe certaines tâches que vous pouvez prendre en charge ou abandonner peut se révéler utile.

 

Pensez à ce qui vous procure de l’énergie et à ce qui vous en coûte. Si cette question est claire dans votre esprit, vous pourrez en discuter de manière plus efficace avec votre supérieur.

 

Disons, par exemple, que vous êtes enthousiaste à l’idée d’assurer des formations. Peut-être avez-vous un collègue qui se sent moins attiré par cette activité. Vous pourriez éventuellement « échanger » certaines tâches. Le job crafting, comme on l’appelle joliment, peut exercer une bonne influence sur votre motivation.

 

Accordez-vous des récompenses

 

Si vous avez du mal à tirer satisfaction d’un projet ou d’une période particulière de votre carrière, mais que vous devez aller jusqu’au bout, pensez à vous récompenser à la fin du parcours.

 

Par exemple, prévoyez des vacances après l’échéance du projet ou après avoir obtenu une promotion convoitée. Ou bien célébrez votre accomplissement avec un bon livre de votre liste de lecture ou un dîner au restaurant.

 

Une telle gratification fonctionne également à plus court terme : dites-vous que vous irez vous promener, vous préparer un délicieux cappuccino ou regarder une vidéo TEDx si vous terminez une certaine tâche.

 

Appuyez-vous sur la motivation des autres

 

Garder la motivation est beaucoup plus difficile quand on travaille à la maison. Vous ne passerez probablement pas 15 minutes à faire défiler votre flux Instagram si vous êtes entouré par vos collègues.

 

Mais si vous êtes entre votre plante verte et votre chat, c’est une autre histoire. Même une pile de linge, un colis à récupérer ou votre confortable canapé peuvent avoir raison de votre motivation. Surtout si vous vous trouvez face à un projet ou à une tâche qui vous apporte peu de satisfaction.

 

Être physiquement présent au travail plus souvent peut donc donner un énorme coup de pouce à votre motivation et à votre inspiration. Voir vos collègues travailler dur peut vous procurer un regain d’énergie.

 

Le simple fait de s’asseoir à côté de quelqu’un qui est performant peut augmenter votre propre productivité. En outre, la créativité est plus abondante lorsque les gens sont réunis dans une même pièce, ce qui accroît l’inspiration.

 

Considérez votre tâche dans un contexte plus large

 

Même les emplois les plus prisés comportent des tâches fastidieuses. Les acteurs passent des journées entières à mémoriser des scénarios, de nombreux chefs cuisiniers ont commencé à la plonge ou à la coupe des oignons, et les consultants passent plus de temps que vous le pensez à aligner soigneusement des textes et des images sur des fiches PowerPoint.

 

Dans les moments plus compliqués, il est utile de considérer vos tâches, périodes ou projets ennuyeux comme faisant partie d’un objectif plus vaste. Vous faites cela parce que vous voulez un jour monter sur une scène prestigieuse, obtenir une étoile au Michelin ou être promu chef de projet. En effectuant un zoom arrière et en vous rappelant ces objectifs, il devient plus facile de vous motiver.

 

Cela dit, le contexte général doit, bien entendu, être adapté. Trouver la motivation est beaucoup plus facile si le choix de votre emploi correspond à votre mission ou à votre objectif.

 

Par exemple, si vous rejoignez Unilever parce que cette grande entreprise offre de nombreuses possibilités d’avancement, vous aurez peut-être plus de mal à conserver votre enthousiasme que si vous rejoignez cette même entreprise parce que vous estimez que contribuer à l’innovation dans le domaine des biens de consommation courante est important.

 

Fixer des délais (même s’ils ne remplissent aucune autre fonction)

 

Il s’agit d’un phénomène omniprésent : juste avant une échéance, vous accomplissez soudainement beaucoup plus de choses que d’habitude. Dans sa conférence TED, Tim Urban décrit ce moment comme celui où le monstre de la panique qui dormait dans votre cerveau depuis tout ce temps se réveille. Il chasse votre procrastination pour que votre moi rationnel puisse reprendre le contrôle.

 

Vous pouvez chasser la procrastination en vous donnant une date limite et en l’inscrivant dans votre agenda. Si vous avez du mal à vous convaincre de respecter un délai que vous vous êtes personnellement fixé, demandez à un collègue ou à votre responsable de vous donner une date limite et de vous obliger à vous y tenir.

 

Suivez la règle des dix minutes

 

La règle des dix minutes ne signifie pas que vous pouvez toujours manger votre sandwich dix minutes après qu’il est tombé par terre. Non, cette règle vous aidera à accomplir les tâches que vous redoutez le plus. Accordez-vous la liberté de ne consacrer que dix minutes à une tâche pénible et de vous arrêter après ce délai.

 

Vous vous retrouverez souvent en train de travailler sur cette tâche bien après les dix minutes prévues. En effet, commencer quelque chose est généralement le plus difficile, mais une fois lancé, les choses deviennent beaucoup plus simples.

 

Créez une atmosphère énergique

 

Tromper votre cerveau est chose facile. Par exemple, en souriant – même si c’est un sourire forcé – vous lui faites croire que vous êtes heureux, et en conséquence, vous devenez vraiment joyeux. De même, dans une situation de travail, vous pouvez d’abord simuler un certain état d’esprit afin d’augmenter les chances que votre perception devienne réelle.

 

De la même manière, vous pouvez visualiser votre journée avant qu’elle ne commence. Pensez à ce que vous voulez réaliser ou au but que vous voulez atteindre. Imaginez que vous l’avez déjà atteint. Que voyez-vous ? Que sentez-vous ? Quelles sont vos sensations ? Quelles actions vous voyez-vous accomplir ?

 

Essayez de tout imaginer de manière aussi réaliste que possible. Cela peut sembler fou, mais si vous faites cela régulièrement, votre cerveau commencera à considérer votre vision comme une vérité future et vous effectuerez plus rapidement des choix qui vous mèneront vers l’objectif final. Le fait de savoir ce vers quoi vous tendez produira un effet positif sur votre humeur et votre motivation.

 

Alors, appelez votre monstre de panique, visualisez comment vous allez atteindre vos objectifs, rejoignez Sisyphe et faites rouler ensemble cette lourde pierre jusqu’au camp de base du mont Everest (ou essayez d’abord pendant dix minutes) et récompensez-vous avec un bon cappuccino à votre arrivée. Parce que le cliché est vrai : vous pouvez apprendre à développer votre motivation.