La poursuite du bonheur peut-elle se retourner contre nous ? C’est ce que suggère une nouvelle étude sur la santé mentale

4 Aug ‘22
3 min
Arianna Freni
happy person jumping

Vous vous sentez de plus en plus triste à mesure que vous recherchez le bonheur ? Une étude récente présente le paradoxe du bonheur et explique pourquoi la recherche obsessionnelle du bonheur peut en fait nous empêcher de l’atteindre. 

 

Nous avons tous des désirs et des ambitions différents dans la vie. Qu’il s’agisse d’une carrière réussie, d’un foyer et d’un réseau social solides, d’un mode de vie aventureux ou d’une combinaison de ces éléments, l’objectif ultime est simplement d’être heureux. Curieusement, selon une nouvelle étude publiée dans Current Opinion in Behavioral Sciences, notre quête constante du bonheur a en fait l’effet inverse, au détriment de notre bien-être.

 

De quoi parle l’étude ? 

 

Les chercheurs en psychologie Zerwas et Ford ont analysé comment la poursuite du bonheur peut avoir un impact négatif sur notre santé mentale, à court et à long terme.

 

Pour être plus précis, l’étude de Zerwas consiste en deux groupes de participants. L’un a lu un faux article de presse sur le bonheur, faisant l’apologie de sa valeur. L’autre groupe a lu un article sur un sujet sans aucun rapport avec le bonheur. Tous les participants ont ensuite visionné un clip vidéo.

 

Les résultats ont révélé qu’après avoir regardé le clip, les personnes qui avaient été incitées à valoriser le bonheur se sentaient moins heureuses que les personnes de l’autre groupe.

 

Pourquoi ce paradoxe ?

 

Ce « paradoxe du bonheur » suggère que lorsque nous nous concentrons trop sur notre bonheur, nous pouvons être plus facilement déçus en ne nous sentant pas aussi heureux que nous l’avions espéré. En d’autres termes, le fait d’avoir des attentes moins élevées peut parfois jouer en notre faveur, et le fait d’accepter nos émotions comme elles viennent nous donne de bien meilleures chances de nous sentir vraiment heureux.

 

Réévaluer son approche

 

Comme l’expliquent les chercheurs, les gens ont tendance à aborder le bonheur de deux manières :

  • « En aspirant au bonheur », où le bonheur est un objectif de vie ;

 

  • « En se souciant du bonheur », où les inquiétudes et préoccupations associées au fait d’être suffisamment heureux éclipsent nos niveaux de bonheur réels ;

Si la première tendance est relativement inoffensive, la seconde fait obstacle à l’atteinte du bonheur car elle entraîne des sentiments négatifs et des déceptions constantes.

 

En outre, la société encourage souvent la fausse notion selon laquelle le bonheur doit toujours être présent pour atteindre le bien-être. En réalité, les recherches indiquent le contraire. Accepter chaque émotion, qu’elle soit positive ou négative, peut nous aider à vivre une vie plus satisfaisante et à nous sentir globalement plus heureux.

 

Consultez notre masterclass sur le bonheur au quotidien: Comment trouver le bonheur au quotidien | Masterclass

 

Laissez-vous aller

 

Si vous vous sentez pris(e) au piège dans le cercle vicieux de la recherche effrénée du bonheur, voici quelques éléments clés de cette recherche susceptibles de vous aider :

 

1. Recadrez les stratégies que vous utilisez pour rechercher le bonheur et centrez-vous sur les stratégies positives au quotidien. Essayez d’apprécier les petites choses : valorisez votre environnement, les interactions avec vos proches, les couleurs de la nature et l’odeur du pain frais. Souvenez-vous de ne pas les tenir pour acquis !

 

2. Remarquez vos émotions négatives et essayez d’éviter toute forme de jugement. Acceptez-les et observez-les aller et venir.

 

3. Travaillez avec des thérapeutes et des professionnels de la santé mentale qui peuvent vous aider à identifier les exercices les plus efficaces pour votre situation spécifique.

 

4. Concentrez-vous sur le mindfulness pour réduire la pression associée à la quête du bonheur et apprenez la valeur de l’acceptation de toutes vos émotions. Vous souhaitez pratiquer le mindfulness avec un(e) psychologue ?